L'assurance vie permet de bénéficier d'avantages fiscaux sous certaines conditions :

>> Durée du contrat < 4 ans :

Prélèvements sociaux 12,1 % (CSG 8,2 %, CRDS 0,5 %, Prélèvement Social 2 % et Contribution additionnelle 0,3 % + 1,1%)

Fiscalité
- Imposition des plus-values à l'impôt sur le revenu ou, sur option, au prélèvement libératoire (35 %)
- Exonération : en cas de licenciement, mise à la retraite anticipée, invalidité du contractant ou de son conjoint (2ème ou 3ème catégorie)

>> Durée du contrat entre 4 ans et 8 ans :
Prélèvements sociaux 12,1 % (CSG 8,2 %, CRDS 0,5 %, Prélèvement Social 2 % et Contribution additionnelle 0,3 % + 1,1%)

Fiscalité
- Imposition des plus-values à l'impôt sur le revenu ou, sur option, au prélèvement libératoire (15 %)
- Exonération : en cas de licenciement, mise à la retraite anticipée, invalidité du contractant ou de son conjoint (2ème ou 3ème catégorie)

>> Au-delà de huit ans, les gains financiers réalisés sur les contrats subissent soit un prélèvement forfaitaire de 7,5 %, soit l'imposition sur le revenu. Un abattement annuel (non cumulable d'une année sur l'autre) d'un montant de 9200 € pour un couple (4600 € pour une personne seule) est appliqué avant la mise en oeuvre du prélèvement.

>> Les cas d'exonération d'impôt :
Certaines catégories de contrats sont exonérées de cette taxation. Il s'agit notamment :
- du contrat DSK
- des contrats ouverts avant 1983
- des PEP assurances
- ainsi que certains versements réalisés en 1997 sur des contrats déjà existants

>> De même certaines circonstances exceptionnelles permettent de débloquer l'épargne sans subir de taxation.
C'est notamment le cas pour :

- un licenciement suivi d'une inscription à l'ANPE
- une mise en retraite anticipée
- une invalidité de 2ème ou 3ème catégorie de la sécurité sociale pour le souscripteur ou son conjoint- une cessation d'activité d'un non salarié suite à une liquidation judiciaire